LE TRAIT BRETON

LE TRAIT BRETON

ORIGINE :

Le cheval Breton actuel est le résultat d'une longue évolution et d'un long travail de sélection entrepris par les éleveurs à partir des variétés anciennes de chevaux indigènes. De nombreux croisements furent réalisés aux XVIIIe et XIXe siècles en vue d'améliorer ces variétés ; le plus célèbre et le plus réussi résultant de l'accouplement d'étalons « Norfolk » importés de Grande-Bretagne et de juments du Léon. De ce croisement naquit le « Postier breton » dont la réputation s'étendit dans le monde entier.


Zone d’élevage :


Elevé à l'origine dans les 4 départements bretons
et en Loire-Atlantique, son aire d'extension
excède largement le traditionnel « berceau de
race ». On trouve aujourd'hui des chevaux bretons
partout en France et en particulier dans les
régions de moyenne montagne du Massif
Central et des Pyrénées.
Le cheval breton est également présent dans de
nombreux pays d‘Europe du Sud, ainsi qu‘en
Afrique du Nord, en Amérique du Sud et au Japon.

 

Morphologie :


A l'heure actuelle, le cheval breton répond au
standard suivant : la robe est alezane, aubère,
rarement baie ou rouanne,

la taille est moyenne :
autour de 1,58 m (1,55 à 1,63 suivant les types);

la tête est carrée, de volume moyen, le front
large, le chanfrein droit, parfois camus, les
naseaux ouverts, l'oeil vif ;

l'encolure est
longue, forte mais bien greffée, légèrement
rouée ;

le dos est tendu, large et musclé, la
croupe large et double, la côte ronde ;

l'épaule
est longue et oblique, la poitrine profonde ; les
cuisses et les avant-bras très musculeux, les
canons courts et secs.

Il existe deux types morphologiques : Le trait de
formule compacte, le postier plus léger et plus
étendu dans ses rayons et ses allures.

Les effectifs :


La réduction drastique des effectifs de chevaux
de trait observée depuis les années 50 n‘a pas
épargné la race bretonne. Cependant, depuis
une dizaine d‘années, ceux-ci se sont stabilisés
et ont même connu une légère augmentation
résultant d‘une politique volontariste d‘inscriptions
à titre initial.
L’élevage en France
4 043 immatriculations enregistrées en 2007
(3 864 en 2006), soit 28% du total des
immatriculations de chevaux de trait
6 995 juments bretonnes saillies en 2008
(7 067 en 2007)
6 505 juments saillies pour produire du breton
en 2008 (6 646 en 2007).
716 étalons bretons en activité en 2008
(724 en 2007)
3 142 éleveurs* en 2008 (3 268 en 2007)

(*Éleveur : personne ayant au moins une jument
mise à la reproduction pour produire dans la race.)

 

L’utilisation :


Doté d'allures énergiques et d'une remarquable
docilité, le breton, en particulier la variété « postière
», est le cheval d'attelage de loisir idéal utilisé
par des professionnels avertis comme par
des amateurs pour la compétition et le tourisme
attelé.

A la différence d'autres races de trait, le
breton n'a jamais cessé d'être attelé. Il est
encore employé en agriculture pour des travaux
de précision en culture légumière. Disséminés
en petites unités d'élevage (une à trois poulinières),
les chevaux bretons sont l'objet de
soins attentifs de la part de leurs éleveurs.

Eduqués dès leur plus jeune âge, les poulains
bretons feront preuve toute leur vie de beaucoup
de familiarité et d'une grande gentillesse.

 

 

 

La Maman de mon poulain Ulbak

Filoche
Race: Trait Breton

Age: 16 ans

Robe: Aubère

Sexe: Femelle

Taille: 1.64

Papier: Plein papier, par Aurely (BR) et Bichette (BR) par Mar teu (BR)

Caractere: Ancienne jument maltraitée, elle a repris confiance en l'homme.

Débourré ou non: Pas débourrée.

A vendre ou non: Pas a vendre

2 votes. Moyenne 4.50 sur 5.

Commentaires (1)

1. Doc 56 02/01/2011

Il faut toujours garder notre patrimoine, car il noble de le pr&server

Doc 56

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×